Récit d’expérience autour de Naissance d’une île de J.C. ROSAZ, par Patrice Hoarau

Mômeludies a publié Naissance d’une île, de Jean-Christophe Rosaz, qui illustre sur des textes d’Isabelle Joly la naissance poétique de l’île de la Réunion. Patrice Hoarau, musicien et professeur des écoles enseignant à l’école primaire Maximilien Lorion de la commune du Tampon à la Réunion, s’est inspiré de la partition pour créer avec ses élèves des arrangements sur ce thème, avant de s’attaquer plus précisément à la partition. Mômeludies partage ici son travail, qui fait découvrir entre autres les styles musicaux typiques de l’île : le SEGA et le MALOYA, dont vous trouverez une description ci-dessous.


Récit d’expérience de Patrice Hoarau, professeur des écoles, autour de la création de l’œuvre de J.C Rosaz.

« Naissance d’une île », une opportunité

Ce projet, né d’une collaboration entre M. Jean-Christophe ROSAZ, compositeur émérite, et Mme Isabelle HOARAU JOLY, auteure réunionnaise de renom, représente pour notre chorale, pour notre école, et pour notre village de la Plaine-des-Cafres, une occasion unique de faire entendre des chœurs îliens sur le territoire métropolitain. Cette « naissance d’une île », c’est aussi, en effet, la re-connaissance de cette même île qui bouillonne, intense et métissée, à travers les voix des réunionnais de demain.

Conscient des enjeux éducatifs et culturels potentiels de cette aventure, il ne m’a pas semblé possible, en tant qu’enseignant, de passer à côté d’une telle opportunité. Elle s’est révélée être une merveilleuse occasion de valoriser mes élèves en leur permettant de travailler avec ces artistes que je tiens à remercier à nouveau ici, et de  vivre une démarche de création concrétisée par des représentations scéniques et une édition. Quelle belle aventure !

Riche de mes années de pratique en tant que chef de chœur, tout en menant de front des projets de danse de création avec mes élèves, cette « naissance » a été à la fois une opportunité d’enrichissement professionnel et personnel que je ne serai pas prêt d’oublier. Mais ce sont surtout les élèves qui seront marqués à vie par cette expérience.

Isabelle et Jean-Christophe, sources d’inspiration !

C’est donc une cinquantaine d’élèves du CE1 au CM2 de l’école primaire Maximilien Lorion de la commune du Tampon qui ont pris part à ce projet sur l’année scolaire 2020-2021. Ils se sont dans un premier temps imprégnés de deux contes d’Isabelle JOLY, « La légende du palmier » et « Naissance de l’île »,  pour ensuite écrire les textes des chansons avec l’aide et en présence de leur auteure. Après ce travail d’écriture en grand groupe, nous nous sommes attelés à ce difficile exercice que représente la composition musicale en petits groupes, en nous inspirant de la partition de Jean-Christophe ROSAZ. Cette partie n’a pas été des plus faciles en raison de l’absence physique du compositeur, coincé à l’autre bout du monde pour cause de pandémie…

Par la suite, Jimmy SMITH, arrangeur professionnel, et moi-même, avons passé plusieurs journées à tenter de rendre justice aux créations conjuguées d’une auteure, d’un compositeur et de touches enfantines. L’expérience a été des plus enrichissantes, et cette nouvelle collaboration, une fois encore, des plus fructueuses. À ce stade, nous attendions des aides financières afin de finaliser l’enregistrement, qui ne nous sont jamais parvenues à cause de la situation sanitaire et des restrictions budgétaires qui ont suivi.

Contre vents (sanitaires) et marées (budgétaires), les élèves ont gardé le cap. Je tiens à saluer leur courage dans cette tempête d’incertitudes. Avec trois répétitions par semaine, nous sommes arrivés à nos fins, donné deux représentations les 24 juin et 1er juillet 2021 (une à la Cité du Volcan, l’autre à la salle des fêtes de la Plaine-des-Cafres) et, malgré des conditions de sonorisation limitées, les prestations ont été très appréciées par les élèves d’autres écoles, les élèves des collèges, et les parents d’élèves.

Mômeludies, notre second souffle !

Après ces moments d’émotions et de rencontres ayant constitué un parcours d’éducation artistique et culturelle des plus riches, il ne manquait plus qu’à finaliser les enregistrements, les arrangements, le mixage, le mastering. Mais les contraintes budgétaires et sanitaires à la rentrée 2021 nous ont empêché d’aller au bout de ce projet. Allant de Charybde en « si la », il a fallu attendre le mois de janvier 2022 pour regrouper tous les membres de la chorale, dont certains poursuivaient leur scolarité au collège.

Ayant eu connaissance de notre projet par J.C. Rosaz, nous sommes finalement contactés, Isabelle Hoarau et moi-même en mars 2022 par l’association Mômeludies, qui, ayant la volonté d’éditer Naissance d’une île, s’est dit prête à nous aider à poursuivre notre projet. Quel soulagement ! Nous sommes honorés, mes élèves et moi-même, d’un tel intérêt porté à « Naissance d’une île ». 

Remerciements

Je remercie sincèrement M. Jean-Christophe Rosaz pour toutes ses démarches, ainsi que l’association Mômeludies qui a donné par cette édition un second souffle à notre projet. 

Je tiens également à souligner le formidable travail de Jimmy SMITH, l’ingénieur du son des studios SIACTIS qui a fait un travail remarquable sur les arrangements malgré les restrictions budgétaires.

Pour finir, un grand merci à Réseau CANOPÉ Réunion, la circonscription du Tampon II, la commune du Tampon, le Rectorat de l’académie de la Réunion, ainsi que le Crédit Agricole de la Réunion pour leur soutien. 

Patrice Hoarau


Le Maloya – Le Séga, présentation par Gérard Authelain

Toutes les musiques ont leur histoire. Elles ne viennent pas de n’importe où, mais s’enracinent dans ce qu’ont vécu les peuples à un moment de leur parcours. Le « maloya » et le « séga », dont les amoureux des musiques du monde savent que ces musiques ont pris naissance dans l’île de la Réunion, en sont un exemple. 

Ce n’est pas l’objectif de Mômeludies de faire des cours d’histoire. Mais quand des musiciens de l’île nous font pénétrer dans leur univers de chants, de rythmes et danses, alors nous souhaitons raccorder ces nouveautés pour nos oreilles à quelques bribes d’un passé que nous n’avons pas nécessairement appris à l’école et qui pourtant est aussi une histoire à laquelle nous sommes mêlés.

L’histoire de ces musiques est indissolublement liée aux déportations d’esclaves venant de l’Afrique et de Madagascar dans cette île encore vierge au milieu du 17ème siècle pour développer les plantations de café puis de la canne à sucre. Avec l’abolition de l’esclavage en 1848, les affranchis deviennent citoyens français, et une nouvelle main d’œuvre vient de l’Inde ou de Madagascar, et même de Chine. Ainsi naît une langue « créole », empruntant à la fois au français, au malgache, au tamoul (venant du sud de l’Inde). La musique connaît la même mosaïque puisant dans les richesses de chacun pour une expression originale. De plus amples détails sont donnés sur l’origine de ces musiques maloya et séga sur les sites

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maloya

https://fr.wikipedia.org/wiki/Séga

Le « rouleur » (sorte de bidon avec une peau tendue sur l’une des ouvertures et sur lequel le percussionniste joue assis) ainsi que le « kayamb » (ensemble de tiges de canne à sucre fixées sur un cadre en bois et secoués comme des maracas) et le « bobre » (sorte d’arc musical) sont parmi les instruments les plus traditionnels. Mais les instruments contemporains tels que guitare, accordéon ou synthétiseurs ont fait également leur apparition. D’autres influences telles que le reggae, le jazz, ont enrichi le maloya et le séga, et en font une pratique musicale typique de l’île faisant partie de l’enseignement au Conservatoire de la Réunion. Des musiciens tels que Danyel Waro ou René Lacaille ont beaucoup contribué à faire connaître en métropole et dans le monde cette richesse culturelle de l’île.

Depuis 2009, le Maloya fait partie du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, reconnaissance accordée par l’UNESCO.

Pour aller plus loin

Téléchargez le dossier rédigé par Patrice Hoarau sur l’histoire du Séga et du Maloya


Enregistrements des enfants, textes en créole des chansons créées (originales et inspirées par l’œuvre de JC Rosaz)

Enregistrement inspiré de « la complainte du soleil » (extrait de Naissance d’une île de J.C Rosaz) :